Cri du cœur
Ghislaine Bourque

VieLien-automne2021p.jpg

Cet article a aussi été sélectionné pour faire partie du journal VieLien

Volume 12 - Numéro 1 - Automne 2021.

Merci au comité des usagers, secteur Montmagny-L'Islet,

ainsi qu'à Stéphanie Hogan, conseillère-cadre et coordonnatrice du comité.

*****

Votre être cher en atteinte cognitive a besoin de vous.

Même s'il est bien entouré et traité par le personnel,

Vous serez toujours la personne la plus significative dans sa vie qui s'effrite.

Ne l’abandonnez surtout pas.
Accompagnez-le aussi souvent que possible dans son dernier tournant de vie.
Lâchez votre mental, il a perdu le sien…

Lâchez votre armure et laissez émerger votre coeur d'enfant.
Offrez votre présence vulnérable et aimante à votre proche,
Afin que vos deux cœurs entrent en résonance.
Oubliez votre vernis social, sa maladie lui a enlevé cette couche protectrice.
Lâchez prise sur le passé et sur le futur,
En assumant la multitude de deuils blancs imposés par sa cruelle maladie,

Vous serez dans l'ici et maintenant avec votre être aimé.

En sollicitant seulement ses capacités préservées,

Tous les deux, vous serez alors moins souffrants.

Et ouvrez-vous à son être qui vit dans SA réalité,

Sans essayer de le ramener dans la vôtre.

Entrez avec lui dans son monde afin de rester en lien avec lui.

Touchez-le avec douceur et tendresse.
Parlez-lui lentement, avec patience et calme.
Regardez-le avec amour et compassion.
Il ne comprend plus les mots, mais il ressent votre attitude de bienveillance.
Laissez votre cœur s’imbiber de son essence non altérée par la maladie.
Aimez-le de toutes vos forces, d’un amour inconditionnel…
Prenez sa démence par la main, sans la nier,
Elle vous mènera au plus intime de la Vie.
Ainsi en communion avec son âme intacte, vous ressentirez une joie profonde.
Elle vous procurera l'élan et le bien-être pour poursuivre votre route,

En l'accompagnant dans la sérénité, malgré la valse de sentiments que vous vivrez, 
Où se succéderont des pas d’impuissance, d’inquiétude, de colère, d’incrédulité, de doute, de peine, de déchirure aussi...

 

Et n’oubliez jamais :
Votre être cher aura toujours les antennes pour reconnaître ceux et celles qui savent lui donner de l'amour, car...

Le Cœur ne fait pas d’Alzheimer.

Mains Rosée et Ghislaine

La main de ma mère Rosée et la mienne.

 

Autres articles parus dans le Journal de rue de l'Estrie:

Témoignage d'une proche aidante

 

Deuil d’une ex-proche aidante

 

Choisir l’autoédition

 

Le virtuel pour réchauffer les cœurs!

 

Autre article publié dans le journal VieLien:

 

Accompagner son essence jusqu'à la fin